mardi 6 septembre 2011

Les petits ruisseaux ...

Je l'ai sans doute déjà écrit mais jouer (quasi) sans bankroll est une expérience particulièrement éprouvante, surtout quand, comme moi, on a eu la chance de n'avoir nul besoin de "cash in" pendant des années.

Certes ma balance poker reste largement positive et le poker m'a véritablement enrichi tant en argent cash qu'en avantages en nature. J'ai découvert la Slovénie aux frais de poker770. J'ai logé dans un palace en Autriche, palace où je suis arrivé en hélicoptère grâce à Full Tilt. J'ai découvert les buildings d'Australie (encore Full Tilt) et j'y ai emmené un ami (grâce à Party Poker cette fois).


A chacun de ces voyages, il y avait un joli tournoi dont je n'aurais jamais pu m'offrir le buy in (de 1000 à 1500 euros) et j'ai appris, découvert, rencontré .... Vous pourriez croire que "Djé se la pète" mais mon propos n'est pas là. D'ailleurs, ces tournois obtenus gratuitement, je les ai tous perdus.

Côté cash, je n'ai vraiment pas eu à me plaindre non plus et mon "bénéfice" global doit, encore aujourd'hui, dépasser les 5 chiffres.

Et pourtant, telle  le Titanic, ma bankroll, réputée insubmersible, a finit par le fond à force de percuter avec force des bancs de poissons surgelés .....
Mais Captain Igloo n'est certainement pas le seul responsable des trous dans mon bas de laine. J'ai fait des choix de vie en retirant la majeure partie de mes gains pour "rénover" mon logis et me faire quelques menus plaisirs, j'ai gaspillé quelques milliers de dollars à jouer mon Z Game, j'ai aussi traversé une période terriblement noire durant laquelle mes derniers deniers ont doucement disparu sous les flots.


Aujourd'hui, les pâtes riches, c'est fini ! A moi les comptes de fin de mois que je scrute avec attention pour savoir combien je vais pouvoir "risquer" sur les tables vertes. Parfois d'ailleurs, l'argent fait le chemin inverse et quitte ma passion pour revenir dans le budget du ménage, parce que c'est la vie et que la vie, c'est plus important que le poker.

N'empêche, jouer sans bankroll, c'est dur ! La pression de l'argent redevient difficile à contrer quand on se dit que si on perd encore dix tournois, ce sera ceinture pour plusieurs semaines. Et puis il y a ces beaux tournois qui vous font de l'oeil mais qu'on ne peut s'offrir que comme un objet de luxe, une fois de temps en temps. Alors on  "tue" le temps et on "touche les cartes"  dans des limites si basses que le concept même de "poker" s'y confond souvent avec 'loterie', 'kiki pisse le plus loin ?' ou bien encore 'bah j'm'en fous c'est que 5 euros !".


Tristouille ? Oui, un peu ... mais pas tant que ça. Je m'amuse moins, c'est sûr mais en choisissant des tournois à taille plus humaine, je refais doucement surface. 100€ sur le deepstack de partouche, 171$ sur le monday, des belges de goldenpalace (où le niveau est très agréablement relevé  !), 200€ de temps en temps sur le short handed de Partouche, quelques centaines d'euros sur les deepstack fous furieux de Winamax ... les petits ruisseaux débordent de poissons mais ils font aussi, paraît-il, les grandes rivières !


Un jour cette part de mon aventure poker s'arrêtera, soit parce que je coulerai pour de bon et déciderai de faire autre chose, soit parce que je retrouverai une bankroll digne de ce nom et que j'essaierai de la faire fructifier dans des eaux plus profondes. Mais je garderai le souvenir d'une expérience de plus à laquelle mes débuts chanceux ne m'avaient pas préparé !



Que le Grand Flip vous Floppe !










10 commentaires:

  1. garde la pêche mon petit DJé tu es un excellent joueur reconnu par toute une communauté ne l'oublie pas après la friture viendra le saumon,le cabillaud et même peux être le requin très belle plume aussi sous ton chapeau

    RépondreSupprimer
  2. tres bel article !

    content de m'être fait sortir du monday par le vainqueur :)

    RépondreSupprimer
  3. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  4. Tu as vécu de superbes aventures grâce au poker et c'est loin d'être fini amha.
    GG pour ta victoire hier.

    RépondreSupprimer
  5. Au poker, Je n'ai encore rien gagné, ni rien perdu. Mais j'aimerais explorer ces horizons que tu décris avec tant de mélancolie. Pour ça il faudrait que mes coinflips passent et que je commence par gagner ce foutu monday. ;)

    StD

    RépondreSupprimer
  6. merci pour vos commentaires. Pour être tout à fait clair, c'est vrai que je prendrais plaisir à vivre de belles aventures poker à nouveau mais pour autant, je ne pleure pas sur mon sort loin de là. J'ai juste l'impression que j'ai dû m'adapter à ce nouvel univers moins "glamour" et je me sens à présent prêt à rebondir ... ce qui, au vu de mes 120 kgs risque de faire mal ! :)

    RépondreSupprimer
  7. Beau texte, un état d'esprit clair et intelligent qui passe pour être désabusé mais qui ne l'est pas. c'est simplement du réalisme.
    Je m'y retrouve pleinement dans ce texte

    RépondreSupprimer
  8. 120 kilos quand même, tu ne les fais pas.
    Très bel article au sens humain :)

    RépondreSupprimer
  9. Je te souhaite de retrouver une BK pour continuer a te faire plaisir et jouer sans pression...juste pour le plaisir

    RépondreSupprimer
  10. Je partage ton point de vu, ma toute petite BR je me la suis faite sur des freerolls et je joue aujourd'hui encore en eux peu profondes, mais mon petit ruisseau suit son cour, c'est ce qui compte.

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget