vendredi 12 octobre 2012

La pêche intensive est-elle en train de tuer les sharks ?

Ce matin, je suis tombé sur un excellent titre de Patrick Faust, mieux connu des blogueurs sous le nom de Lipaonline : "Par où t'es re entry, on t'a pas vu re sauter ?

Mais au fait, à qui profite réellement le "re entry" ?

Est-ce aux joueurs malchanceux qui peuvent ainsi espérer ne pas être frappés plusieurs fois de suite par la Sorcière aux Dents Vertes ?
Est-ce aux joueurs à la bankroll copieuse qui peuvent ainsi mieux profiter de ceux dont les comptes vireraient au rouge s'ils devaient acquitter un nouveau buy in ?
Est-ce d'une façon plus générale aux gagnants qui peuvent se partager une cagnotte plus coquette ?


Oui mais pour les malchanceux, il y a les tournois double chance et pour les gagnants chroniques, il y a les tournois avec rebuy et add ons.

Est-ce alors profitable aux casinos qui peuvent réaliser le vieux rêve de faire payer plusieurs fois les frais à un même joueur ?

Quels que soient ceux à qui profitent le crime, force est de constater que le re entry ne fait qu'accélérer un phénomène naturel : les poissons à poche sont de plus en plus plats !

Où sont les bancs de poissons gras qui cachaient sous leurs branchies des poches bien remplies ? Rappelez-vous ces nageurs du dimanche, à moitié saouls, qui se faisaient "un poker et un resto" par semaine et qu'il suffisait d'appâter avec une poignée de jetons.

Ben "y en a pu trop ma pauv' Simone !" A force de leur écraser les poches pour en expurger le moindre euro, ils ont décidé d'aller nager ailleurs et de s'acheter un ipad, une télé numérique ou des vacances de l'extrême en Papouasie du Nord.
Ceux qui nagent encore près des casinos ou dans les lacs virtuels ont appris à éviter appâts et filets et puis ils sont trop petits maintenant ... trop de pêcheurs, trop de gourmands !

Seulement voilà, le poisson à poches était la nourriture du Requin à Jetons et ce prédateur était lui-même la nourriture préférée de la Baleine à Croupière qui envisage de plus en plus la pêche à la grenade à coup de re entries ou d'autres formules à rendement intensif.

Le monde du poker n'a décidément rien appris du monde de la pêche ! Et comme on n'a pas encore vraiment inventé le "joueur d'élevage", le risque est grand de bientôt ne plus trouver dans nos filets que des vieilles paires de lunettes noires rouillées ou des casquettes logotisées.




2 commentaires:

  1. Je pense que cela peut-être Ev+.
    J'en ai discuté récemment avec Olivier B. au sujet du 1000€ de Namur et il a apprécié les 10 à 15% de re-entry qui ont gonflé le prizepool sans perturber son jeu (même si il n'est pas entré dans les prix).

    RépondreSupprimer
  2. Le re-entry a comme seul inconvénient, mais de taille, d'élever le niveau d'ensemble du field des joueurs, puisque ce sont surtout les meilleurs joueurs qui re-entrent (d'autant plus vrais que le buy-in est plus gros)...
    Si comme tu l'expliques cela décourage les fishs, à long terme c'est effectivement contre-productif.
    Mais je ne vois pas les organisateurs faire marche arrière sur cette tendance-là...

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget