vendredi 25 juin 2010

Mes Sit'n go mettent le turbo ! Partie 1 : Découverte

Ceux qui me connaissent savent que je suis surtout un amateur de MTT (multi table tournaments). Oh je confesse que je me suis essayé au cash game (je joue d'ailleurs encore en omaha pot limit de temps en temps) mais je manque cruellement de discipline : il faut toujours que je perde en deux soirées ce que j'ai mis des mois à gagner !
Les Sit and Go m'ont aussi fait de l'oeil et j'ai longtemps "grindé" les tables de 20$ regular sur Full Tilt. Mais après des mois de dur labeur, j'ai fini par délaisser cette formule où j'engrangeais un plutôt minable 1% de ROI (retour sur investissement).
Il faut dire aussi que les SNG c'est franchement l'usine ! La stratégie est pré-établie et on empile les tables sur lesquelles on procède un peu comme un robot. Pas de monstrueux bluff, pas de lectures divines de la main de l'adversaire, pas de call de héros, du rentable, du solide, du matheux .... C'est ch... comme le monde !
Je sais, vous avez raison, je schématise. D'ailleurs, j'ai un immense respect pour les "pros du sng" qui parviennent à y faire un gain substantiel grâce à leur talent, leur science et leur patience. J'en oublierai sans doute mais je citerai en vrac Jeffray74, Retam, Efpe, Kokomoblues.

Soucieux de renouveler ma passion pour le poker et un peu déprimé par mes piètres résultats en MTT depuis férier, je me suis mis à fureter sur les sites et académies en tous genres. Et en butinant sur ces sites, je suis tombé sur une vidéo de la Full Tilt poker Academy qui affirmait que les SNG superturbo présentaient un réel intérêt pour les joueurs sérieux ... Quoi ? Ces tournois de folie avec des blindes de 3 minutes et 10 blindes de départ (300 jetons  !!!) pourraient être autre chose qu'une loterie pour pokéristes trop pressés ? J'étais sur le cul ! Mais force est de reconnaître qu'après avoir visionné cette leçon en vidéo, j'étais tenté.

Je me suis donc lancé dans cette folle aventure et les premiers résultats, surtout dûs à la médiocrité de mes adversaires, m'ont donné envie de continuer ce challenge avec sérieux. J'ai donc investi dans une recherche approfondie de forums et de sites spécialisés dans le super turbo, acquis un logiciel qui permette de multitabler à plus de 6 tables sans devenir fou, demandé quelques conseils à Retam, réalisé un échange de compétence avec Efpe et je m'y suis mis plus sérieusement !

Première évidence, le format hyper rapide me convenait parfaitement : 11 minutes pour un tournoi en moyenne, voilà qui me permettait de jouer beaucoup de tournois très très vite et donc d'obtenir une statistique fiable en un temps record. Pour vous donner une petite idée, j'ai pu jouer 1000 SNG (si si mille !) en trois semaines sans y consacrer plus de deux heures par jour !

Deuxième bonne nouvelle : il y a peu de "réguliers" et les autres adversaires n'ont manifestement pas beaucoup réfléchi à l'attitude à adopter. Nombreux sont les joueurs qui veulent juste se détendre en faisant tapis dans un 5 ou 10$ entre deux tournois ou séances de cash game. Ceux-là font monter notre ROI (même si parfois, ils nous font attraper une crise de nerfs avec leurs mains improbables).

Troisième bonne nouvelle : la densité d'action est telle que, jusque là, je n'ai pas eu la sensation de m'ennuyer ou d'être à l'usine ! Il se passe toujours quelque chose à une table, c'est de l'adrénaline hyperconcentrée les superturbos !

(A suivre)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Une erreur est survenue dans ce gadget