mercredi 3 août 2011

Arché(sales)types de joueurs : les nains (Partie 1)

- "Miroir, mon beau miroir, quelle est la plus belle en cette contrée ?"
- "Ecoute blondasse, y en a marre de te voir te coller le pif là où je réfléchis ! Tu veux pas que j'te parle plutôt des nains qui te matent les seins pendant que tu roupilles ?"
- "Ah mais non alors ! Les nains sont gentils certes mais d'abord ils ne parlent que de boulot, ensuite ils ont le tuyau d'échappement un peu près du bitume, pis z'ont un gros nez .... notamment ...."
- "Ouais ça c'est pour le cinoche ma blonde pétasse, dans la vie de tous les jours, y taffent au casino tes raz-du-gazon, au poker pour tout te dire.
- "Rolalaaaa mais c'est épatant ce que tu me dis mon bon miroir ! Mais encore faudrait-ils qu'ils gagnent des sous à défaut de me chauffer la liquette par leur beauté subtile .... ils gagnent ?
- "Ah ça ma petite pomme, au poker, tes copains ... c'est pas des nains !"

Tiens, Timide par exemple ...

Il entre dans le casino comme un oiseau investit la terrasse couverte d'une croissanterie. Sa tête se tourne sans arrêt vers ce qui brille ou ce qui bouge. Les nerfs à vif, il sursaute au moindre bruit. Il répond aux salutations des joueurs par un borborygme murmuré, les yeux fixant le sol.

A table, il s'installe au bord de sa chaise, ses pieds au sol. Il semble soulagé à chaque fois qu'il regarde ses cartes et découvre une poubelle. S'il a osé venir avec son sweat à capuche, il s'en couvre la tête tel un jawa (*) égaré dans un festival rock !
Parfois, il a un jeu et, les yeux tournés vers le plafond où il cherche une aide hypothétique, il s'autorise un "raise" prononcé d'une voix à peine audible, deux octaves au-dessus de la plus haute note du répertoire d'un castrat.
Ses mains s'agitent malgré lui, ses jetons s'écroulent sous ses doigts animés d'une vie propre; une sur-relance prononcée virilement par le bourreau de la table et le voilà tel Pat Garrett après un échange d'amabilités plombées avec Billy The Kid. Il semble touché au foie, esquisse un mouvement de chute, ses tempes se mettent à perler.
Dans un ultime effort, il tente de prononcer le mot "tapis" mais sa voix lui fait défaut, il pousse alors ses piles de jetons branlantes vers le milieu de la table en mimant le mot "all in" à la seulle intention du croupier .....

Vous en serez à votre deuxième verre au bar qu'il n'aura pas fini de ranger les jetons qu'il vous a pris !

Ou alors Joyeux ?

Alors lui il m'énerve ! Un sourire qui semble faire le tour intégrale de son crâne, une démarche faite de petits bonds successifs, toujours à la limite de l'orgasme quand il croise quelqu'un qu'il connaît et à qui il peut débiter sa litanie habituelle : "Tu sais le poker, pour moi c'est secondaire, ce qui compte pour moi, c'est revoir les potes, passer du bon temps, me marrer, boire des pintes ..."

A table, s'il tire le siège à côté de toi, considère que tu viens de vivre ton premier bad beat ! Il n'arrête pas de te parler d'un tas de trucs allant de la marque de sa nouvelle bagnole aux étonnants maux de tête nocturnes de sa femme en passant par les mains qu'il vient de folder, bien entendu, parce que "franchement, y en a qui jouent avec ça hein Djé, tu te rends compte, et après ils te suckoutent ! Mais moi j'm'en fous tu sais, pour moi les jetons, c'est que du plastoche hein, je saute je saute, du moment que je puisse dire à ma femme que j'ai passé une bonne soirée avec mes potes. Enfin, si elle a pas encore cette foutue migraine, je t'ai dit qu'elle avait refusé de voir un spécialiste ? bla bla bla bla .....".

Ca ne coupe pas, après trente minutes de calvaire, je n'ai plus qu'une envie : sortir "Joyeux" de cette table afin qu'il aille dérouler son sourire colgate ailleurs, loin, très loin !
Argh .... mais c'est qu'il est difficile à sortir le bougre ! Adepte du dicton "one chip, one friend to talk", il foldera même les as s'il estime que "c'est trop tôt hein Djé, imagine que le mec touche sa main, je vais m'emmerder là tout seul au bar hein ? "

Terrible stratégie que celle de Joyeux ! En tout cas avec moi ça marche, je finis par m'écraser sur son monstre avec mon hypothétique 7-2o, rien que pour avoir le droit de ne plus l'entendre : "c'est con ça Djé, t'étais pas en forme hein ? Ca arrive, c'est pas grave, on en reparle tout à l'heure si tu veux ...."

(à suivre)


6 commentaires:

  1. Hé Papy, tu t'es mis à la be????

    RépondreSupprimer
  2. Lol excellent, j'imagine déjà les autres personnages que j'attend avec impatience.

    RépondreSupprimer
  3. L'a pété un boulon le Djé, ça surchauffe sous le chapeau ?
    Excélent en tout cas lol

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget