samedi 29 octobre 2011

J'ai l'honneur de ne pas te demander ta main ...

Tout joueur de poker qui se respecte devrait un jour se pencher sur le répertoire de George Brassens. Il y trouverait sans nul doute, des titres et surtout des thèmes qui collent parfaitement à la peau des "marginaux des tapis verts" que nous sommes.

Oh bien sûr, le titre est une usurpation mais quand on y réfléchit, "j'ai l'honneur de ne pas te demander ta main" est une phrase qui se retrouve dans "la non-demande en mariage" et quand on sait les difficultés qu'ont nombre d'entre nous à convaincre leur moitié du bien-fondé de notre passion, il y a matière à méditer.

"La mauvaise réputation" est elle aussi un titre qui touche l'amateur de poker, trop souvent encore associé à des images folkloriques : goudron, plumes, far west, caves sombres, black friday, etc (cherchez l'intrus !).
Combien de fois les gens dits normaux n'ont-ils pas levé un sourcil en m'entendant dire que je jouais au poker.
"Mais les braves gens n'aiment pas que l'on suive une autre route qu'eux"
Jouer à la table de Liv Boeree nous fera inévitablement siffloter "je m'suis fait tout p'tit devant une poupée" alors que ceux qui jouent à la table de "Big" Roger Hairebandian fredonneront plutôt "Gare au Gorille" !


Lorsque une fois de plus un poisson russophile vous confisquera l'essentiel de votre stack en touchant son "one outer" à la river, essayez donc de chantoner "aaaah putain de toi, aaaaaah pauvre de moi", possible que le souvenir de la voix du vieux Georges vous soulage !

Si d'aventure votre rêve de gagner le main event des WSOP brûle avec ce qui reste de votre bankroll, écouter le moustachu chanter "Trompettes de la renommée, vous êtes bien mal embouchées".

Et même si au poker, les amis sont rares, je m'en suis tout de même fait assez pour clôturer cet hommage en vous chantant

Il navigauait en père peinardSur la grand mare des canardset s'appelait les copains d'abordles copains d'abord

3 commentaires:

  1. Et à propos des histoires de mains:

    A voir le succès que se taille
    Le moindre récit de bataille,
    On pourrait en déduire que
    Les braves gens sont belliqueux.

    La guerre,
    C'est sûr,
    La faire,
    C'est dur,
    Coquin de sort !
    Mais quelle
    Bell' fête,
    Lorsqu'elle
    Est faite,
    Et qu'on s'en sort !

    RépondreSupprimer
  2. Je n'avais pas encore lu ton billet avant d'écrire le mien...http://www.lesage.ch/article-la-mauvaise-reputation-87574564.html
    Joli hommage!

    RépondreSupprimer

Une erreur est survenue dans ce gadget